• English
  • Français
  • Svenska

La vigne

Préparer

L’implantation de la vigne ne s’improvise pas. L’état physique, organique, calcique et d’aération du sol conditionne la bonne santé de la plante. Une préparation adéquate du terrain facilitera ainsi l’enracinement et la culture à venir de la vigne. 
Suivant le type de végétation préalable (pins,oliviers,chêne,figuiers,amandiers…), souvent un défonçage du terrain s’impose. Tous les travaux entrepris au fil des ans se sont attelés à conserver la spécificité du terroir.

L’ensemble du vignoble de la Tour du Bon est d’un seul tenant avec des types de sol variés mais pauvres et  des terrains orientés différemment autour de la colline.
Comme en témoignent les écrits « terre à oliviers » et les anciennes photos, le domaine n’avait que peu de terres vouées à la vigne. Seule la parcelle sur le secteur de l’Olivette vivait à l’heure des vendanges en 1930. Cette impulsion d’implanter un vignoble fût donnée dès  1935, l’arrachage d’oliviers multicentaires, de figuiers permit la création de la parcelle « la Rémoise ». A l’aide de tracteur à cable, le défonçage en profondeur fut réalisé dans les terres blanches argilo-calcaires sablonneuses. L’extension du vignoble au-delà des terres jouxtant la ferme donna très rapidement lieu à l’utilisation d’engins puissants. Les sols ne permettaient pas d’être cultivés en l’état, mais après  l’excavation de dalles calcaires importantes. Ces pierres étaient réduites sur place et agencées pour former des restanques, comme au Clos des Aïeux. L’évacuation d’un des clapiers de la Tour du Bon, à Mille-pattes servit à remblayer le port de Bandol pour y faire la digue actuelle. D’autres pierres permirent plus tard la construction de la bastide.

Le feu de forêt du plateau en 1953 dû à l’inattention d’un couple  qui s’aimaient d’un amour ardent, donna le coup d’envoi de l’exploitation de cette terre rouge épicée la plus caillouteuse (grés)  : l’Ensoleillade ou Champ de chocolat. Dans les années 70-80 Ernest y passa du temps à extraire des pierres de façon à rendre ce terrain cultivable sur  40 cm de profondeur . Depuis 2000, une deuxième tranche de travaux a été entamée pour gagner 1 ha 50 sur la pinède .
A ce jour, certaine plantation vont devoir être renouveler, un repos du sol avec alternance d’autre culture permettra à ce dernier de se reconstituer sans avoir recours à des désinfectants.

Planter

Avec le souci d’avoir le meilleur enracinement, le greffage sur pied à l ‘anglaise a toujours été fait au domaine. Les vignes greffées dans les années 70-80 l’ont été grâce à l’apport de greffons du Château Pradeaux. Mise à part des plantations entre 88 et 92 issues de clones, pour céder à la facilité, tout le vignoble est en sélection massale. Quelques soient les sélections massales ou clonales, le terroir a imprimé peu à peu son empreinte.

Le porte-greffe principal est le R110 choisi pour sa résistance à la sécheresse et à des taux de calcaire actif important.
La plantation se fait donc en 2 temps, plantation des racines et greffages avec des greffons issus de nos propres vignes 2 à 3 ans après. Ce travai considérablel nécessite une grande attention mais le résultat n’en est que meilleur. Il permet ainsi de perpétuer le patrimoine végétal. Cette année, nous opérons un rapprochement vers des pépiniéristes effectuant des sélections massales pour les remplaçants.

Soigner

Sans affiliation particulière à un organisme certificateur (bio, biodynamiste, etc…), nous basons notre travail dans les vignes sur l’observation, l’anticipation par rapport à la climatologie et le respect de l’équilibre avec la nature. Les échanges entre vignerons et conseillers viticoles restent importants dans notre évolution. Le travail mécanique du sol (déchaussage, labour) et les traitements phytosanitaires de base (souffre, bouillie bordelaise) sont réalisés à bon escient. Une équipe d’habitués effectuent les travaux comme la taille (taille courte à 2 yeux en gobelet principalement pour les cépages rouges et en cordon de Royat pour les cépages blancs), le piochage, soins des jeunes vignes, les sagattes, l’effruitage, l’écimage et le débrousaillage…